Les artistes

Né sous l’impulsion de la chanteuse, Anabela, lusodescendante qui a a cœur de faire vivre et connaitre sa culture malgré la distance qui la sépare du pays de ses racines, eLeZieLa était au départ composé d’un trio.

L’équipe initiale

Anabela
Anabela, chanteuse de fado

C’est depuis son plus jeune âge qu’Anabela chante et se passionne pour la musique. Riche de sa double culture franco-portugaise, elle développe rapidement un goût prononcé pour tout ce qui touche à la diversité culturelle. Elle participe à plusieurs projets autour des musiques traditionnelles du monde en tant qu’accordéoniste et chanteuse puis décide de renouer avec ses origines en développant un projet Fado.

Dans eLeZieLa, elle mêle sa voix aux sons des cordes de deux guitares puis plus tard, de celles d’un violon et d’un violoncelle, et nous emporte dans un délicieux voyage, une émouvante introspection au cœur de ses racines.

Le Fado est mon plus bel héritage. Il est mon vecteur pour calmer cette “saudade“ qui m’habite depuis toujours.


Si au tout début, la rencontre entre Sylvain et le Fado fût une histoire de hasard, ils semblent aujourd’hui former tous deux une union sacrée.

Bien que pianiste confirmé, ce musicien ouvert et curieux décide de se lancer le défi d’apprendre un nouvel instrument face à sa passion naissante vis-à-vis du Fado. On le retrouve donc, dans eLeZieLa, à la guitare classique rythmique (viola de fado). Néophyte du style, Sylvain s’est beaucoup inspiré des figures historiques du Fado telles que Alfredo Marceneiro, Carlos do Carmo et surtout Amália Rodrigues afin de se rapprocher le plus fidèlement possible des accompagnements instrumentaux qu’il a découverts. Après avoir expérimenté un certain temps en autodidacte, il rejoint Paris pour parfaire sa formation à l’Académie de Fado auprès de Nuno Estevens.

Sylvain Cathiard
Sylvain Cathiard, viola de fado

J’ai découvert le Fado lors d’un voyage au Portugal en 2013 et mon cœur a été emporté par son âme, transporté par sa saudade et envoûté par ses mélodies


Mickaël Replat
Mickaël Replat, guitare classique mélodique et guitare portugaise

Pour moi, la musique est avant tout la complice d’une vision de partage, musical et humain !

Musicien pédagogue, Mickaël a suivi un parcours institutionnel traditionnel au Conservatoire de Grenoble. Une fois son Diplôme d’Etudes Musicales en guitare classique en poche, il intègre une double formation pédagogique au CFMI de Lyon et au CEFEDEM Rhône Alpes. Il obtient ainsi le Diplôme d’Etat de professeur de guitare et un Diplôme Universitaire de musicien intervenant à l’école. Il enseigne aujourd’hui la guitare au Conservatoire à Rayonnement Communal de la ville de Saint Priest dans le Rhône.

Tout au long de sa vie artistique il a multiplié les expériences : direction d’un ensemble de Soundpainting, improvisation libre, création de spectacles pour les enfants en collaboration avec une comédienne, guitare classique, chansons françaises en duo. Aujourd’hui c’est avec eLeZieLa qu’il vit une nouvelle aventure musicale : celle du Fado de Lisbonne.

Ce petit trésor d’émotions et de saudade a conduit Mickaël à questionner sa pratique de la guitare. Il s’emploie à chercher des sonorités et des modes de jeu proches de ceux du Fado traditionnel.


Lorsque Mickaël, voyageur au grand cœur, décide de poursuivre sa route vers d’autres aventure, il cède la place à notre nouvelle camarade de jeu et compagne de route.

La nouvelle équipe

Dès sa première écoute de Mariza, le Fado captive Ibet mais cette passion reste pendant des années enfouie. En 2015, elle s’aventure dans un premier projet Fado dans le cadre de ses études au CEFEDEM de Lyon et même s’il est éphémère, ce projet lui faire faire ses premiers pas dans ce grand chantier de recherche de modes de jeu et de traits mélodiques qui se rapprochent de la guitare portugaise. Elle poursuit aujourd’hui avec eLeZieLa le travail initié par Mickaël REPLAT dans le délicat rôle de la guitare portugaise. Elle reprend le son et les manières d’improviser de celle-ci, tout en enrichissant ses improvisations de son héritage de musicienne classique cubaine.

Guitariste et pédagogue, Ibet a effectué sa formation classique à l’Institut Supérieur des Arts de La Havane (Cuba) puis à l’Université d’Alicante (Espagne). Avec son goût prononcé pour le voyage et la diversité musicale, elle s’est très tôt intéressée aux musiques traditionnelles, bien avant qu’elle n’ose se lancer à les jouer. S’envoler de sa terre natale lui a finalement permis de redécouvrir les musiques populaires de Cuba et même le vaste univers sonore de l’Amérique Latine grâce aux formations qu’elle intègre dès son arrivée en France en 2012 « Son de cubanía » (Son cubano) et Kukis trio (musique de plaines vénézuéliennes).

Ibet de Los Ángeles, guitare classique mélodique
Ibet de Los Ángeles, guitare classique mélodique, dans le rôle de la guitare portugaise

Ma passion pour le Fado est restée longtemps un amour platonique. C’est comme si je le trouvais trop sacré pour que j’ose y toucher.


Juliette Delachaux, violon
Juliette Delachaux, violon

Répondre au chant d’Anabela par le violon me permet de mettre en valeur des émotions qui nous touchent tous, à travers le Fado

Dès toute petite, Juliette a abordé la musique par le chant. Puis rapidement, c’est son violon qu’elle s’est mise à faire chanter.

Sa passion pour les musiques traditionnelles et le chant l’amène très naturellement vers le Fado et le groupe eLeZieLa : elle répond à l’appel d’Anabela en 2020 pour intégrer la formule en quintette d’eLeZieLa et faire écho au chant de sa voix avec un violon parfois rythmique, parfois mélodique, dans un dialogue sensible avec le violoncelle et la « guitarra ».

Après un parcours complet diplômant en violon classique au conservatoire dans la région lyonnaise, Juliette joue dans de nombreuses formations, tant en orchestre qu’en musique de chambre. Puis elle diversifie rapidement ses pratiques, à travers les musiques traditionnelles d’Europe et la pratique vocale en chœur. Aujourd’hui, elle se nourrit de sa propre pratique artistique pour enseigner le violon et la pratique d’ensemble en conservatoire, et fait vivre la musique sur scène.

Musicienne complète et éclectique, elle participe à de nombreux projets artistiques et on la retrouve aujourd’hui tantôt au violon pour accompagner des chanteurs, tantôt dans le rôle de chanteuse, comme dans le spectacle en trio vocal et contrebasse « Les Pipelettes s’en mêlent » (création musicale humoristique et théâtrale) mais aussi en tant que mélodiste au violon dans diverses formations de musiques traditionnelles comme La Bande à Balk ou Ciocolată (musiques traditionnelles des Balkans) ou encore Banitsa (musiques bulgares).


Marceau est un musicien et un artiste complet et curieux, ouvert à toute forme d’esthétique, intéressé avant tout par la rencontre humaine qu’il y a derrière chaque projet musical. C’est avec enthousiasme qu’il intègre eLeZieLa dans sa formule en quintette en 2020, projet aux saveurs nouvelles et qu’il colore depuis ce Fado de nuances subtiles à l’aide de son violoncelle.

Titulaire d’un Diplôme d’Etudes Musicales de violoncelle obtenu à l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne en 2013, Marceau intègre en parallèle la classe d’Hélène Dautry à l’Ecole Normale Alfred Cortot de Paris et obtiendra un diplôme supérieur d’exécution.

Son activité de musicien s’articule autour de diverses formations telles que le sextuor, le trio ou encore le duo, allant des musiques des Balkans au pop trad en passant par l’électro acoustique expérimentale et la musique classique (Bezzib / BOBi / LaHoule).

En 2017, il fonde la Compagnie « Construire un feu » avec Ali Lounis-Wallace et Charles Pommel et monte deux spectacles hybrides entre théâtre, musique, danse et installation plastique. Il prend régulièrement part à d’autres créations théâtrales dans lesquelles il propose ses qualités de musiciens/compositeur.

Marceau BEYER, violoncelle
Marceau Beyer, violoncelle

Je suis toujours heureux d’intégrer de nouveaux projets, notamment lorsqu’ils me touchent musicalement, ce qui a été immédiatement le cas avec eLeZieLa